maladie de Crohn

La fatigue: un symptôme à part entière


La fatigue touche une grande partie des patients atteints de la maladie de Crohn. Présente lors des poussées, elle se manifeste aussi très fréquemment chez les patients en rémission


Pas de poussées mais de la fatigue

La fatigue a longtemps été attribuée aux poussées de la maladie de Crohn. Aujourd'hui, grâce aux nouveaux traitements, de nombreux patients sont en rémission complète... tout en continuant à être fatigués. Cette fatigue, qui reste en partie inexpliquée, pourrait être un symptôme non intestinal de la maladie ou une conséquence de microcarences dues aux poussées.

Traiter le plus rapidement possible

Il ne faut pas non plus perdre de vue que souffrir d'une maladie de Crohn est psychologiquement éprouvant. Ne pas pouvoir prédire la survenue d'une poussée et, en cas de poussée, devoir gérer douleurs abdominales et diarrhées sont autant d'épreuves psychologiques. Comme d'autres maladies chroniques, la maladie de Crohn peut avoir un impact sur la vie socioprofessionnelle, amenant certains patients à devoir abandonner leurs études, leur travail ou les sorties. La fatigue, présente même en dehors des poussées, peut être  le signe d'une dépression ou d'un trouble anxieux. Il est donc primordial de parvenir à contrôler la maladie le plus rapidement possible, afin d'endiguer les symptômes… et de permettre au patient de vivre le plus normalement possible. Et en cas de fatigue persistante, il ne faut jamais hésiter à en parler à son médecin.

Entre repos et activités

En période de poussée, il reste évidemment conseillé de se reposer, afin de ne pas fatiguer davantage l'organisme. Par contre, dès que la situation s'améliore, il est important de ne pas rester à l'écart. Reprendre ses activités est sans doute le meilleur moyen de ne pas renforcer le phénomène de fatigue et/ou de déprime.

 

Article réalisé avec la collaboration du Pr Edouard Louis, CHU Liège.

 




Retour
A lire aussi
Traiter tôt, c'est mieux!

Plus vite la maladie de Crohn est prise en charge, moins les risques de complications sévères sont élevés. Le diagnostic doit donc être le plus précoce possible.