maladie de Crohn

Ford Genk soutient les patients Crohn


Plusieurs dizaines de personnes atteintes de la maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse travaillent chez Ford Genk. Le constructeur automobile leur permet de bénéficier d'un régime de travail sur mesure. Explication avec Johan Cardinaels, médecin du travail.


Un membre de votre personnel apprend qu'il souffre de la maladie de Crohn. Comment Ford Genk traite-t-il ce genre de cas?

La personne peut prendre rendez-vous avec un des trois médecins de l'entreprise. Nous discutons de son dossier, après quoi elle reçoit un avis codé. Ce qui signifie qu'elle ne peut plus exécuter certaines tâches. Il existe chez Ford Genk une trentaine de codes pour toutes sortes d'affections. Avec ce code, le travailleur se voit attribuer un nouveau job dans l'entreprise.

En quoi consiste l'avis rendu pour les patients atteints de la maladie de Crohn?

La personne doit, en premier lieu, pouvoir se rendre régulièrement aux toilettes. Le travail de montage à la chaîne est donc exclu. Pour tout arrêt de 45 secondes de cette dernière, la production des voitures diminue d'une unité. Le travailleur peut, par exemple, passer à un job de magasinier, de transport interne...

En outre, nous considérons une absence comme une "rechute" et pas comme une "maladie", si bien que les personnes ne sont pas jugées négativement pour leurs absences répétées pour cause de maladie.

D'autre part, il y a suffisamment de sanitaires chez Ford Genk. Nous en avons prévus pour 13.000 travailleurs, alors que nous n'en comptons que 5.000 actuellement. Le patient atteint de la maladie de Crohn peut aussi travailler à temps partiel aussi longtemps que la mutuelle l'autorise.

Les travailleurs atteints de la maladie de Crohn ne sont donc pas licenciés?

Non, certainement pas. En concertation avec le médecin traitant, nous essayons de maintenir le plus longtemps possible la personne au travail. Au cours de mes vingt années de carrière en tant que médecin de l'entreprise, je n'ai vécu qu'une seule fois le cas. La personne en question ne pouvait plus travailler que deux mois sur une année.

Comment réagissent les autres travailleurs?

Bien que cela ne soit pas obligatoire, nous conseillons aux malades d'en parler avec leur chef d'équipe et/ou leurs collègues. Nous avons constaté que cela améliore la compréhension sur le lieu de travail. En général, les travailleurs souffrant d'une maladie chronique restent moins vite à la maison pour un simple refroidissement. Ils veulent montrer à leurs collègues qu'ils ne profitent pas du système.


Tags:
Travail | Aide | Parler


Retour